mardi 8 juillet 2008

Exos 3è-Maladies infectieuses et hygiène














Le corrigé des exercices est au format PDF. Pour y accéder, télécharger et installer Adobe Reader X à l’adresse :


!Maîtrise des connaissances
!
Exercice 1:
Citez les cinq portes d'entrée des germes dans l'organisme. Pour chacune, indiquez au moins une maladie transmise par cette voie.



Exercice 2:
Complétez le texte ci-dessous à l'aide du vocabulaire suivant: infectieuse; antibiotiques; virus; cellules vivantes; courbatures; incubation; germes; voies respiratoires; vaccination.

!Grippe: maladie..........(1) épidémique pouvant revêtir des formes très meurtrières. Elle est due à un ...........(2) dont on connait plusieurs souches. Il se multiplie à l'intérieur des ...........(3) . Il se propage dans l'organisme par les ..........(4).
..........(5): quelques heures à deux jours.

Symptômes: violent mal de tête, ...........(6) lombaires, forte poussée de fièvre, anomalies trachéo-bronchiques.

Complications dues à des ..........(7) associés ou à un mauvais terrain (personnes affaiblies ou âgées), elles peuvent aggraver la maladie (pneumonie, otites ...).

Traitement: ..........(8); inefficaces contre le virus, ils sont d'une grande utilité contre les complications bactériennes.
Prévention: ...........(9) réduisant l'infection de 80%.

!

!Exercice 3: Définitions.
Définissez les termes suivants: asepsie; antisepsie; désinfection; immunité; anticorps; antigène.
!
!
Exercice 4: Extrait Brevet Sénégal Octobre 2012 - Noté sur 5 point

Définitions :

A - Définir les mots suivants : Antigène, toxine, anticorps, immunité. (2 points)

B – Le tableau suivant présente des organes intervenant dans l’élimination des déchets de l’organisme.
Recopie le tableau et complète-le par les noms des déchets éliminés. (3 points)





Exercice 5:
Vaccinothérapie ou sérothérapie ?
Les deux graphiques ci-dessous représentent l'évolution des anticorps antitétaniques dans le sang de deux personnes M et N recevant une injection A ou B de nature différente.
!
!
!
1. Pour chaque personne, à quel jour la quantité d'anticorps antitétaniques est-elle à son maximum ?
!
2. Déterminez pour chaque personne la nature du produit injecté : sérum antitétanique ou vaccin antitétanique ?
!
3. Rappelez les différences entre ces deux traitements sur : 
--a) Le contenu des injections A et B.
--b) Les propriétés de protection de la personne traitée.
!
Exercice 6:
Mamadou, 8 ans, s'est écorché le genou en tombant de vélo dans l'allée du jardin. Sa mère est inquiète. Elle vous demande si une vaccination ne serait pas nécessaire.

1. Expliquez-lui en quoi consiste la vaccination.

2. Que lui conseillez-vous dans un premier temps?

3. Quel vaccin est nécessaire dans ce cas?

!
Exercice 7
Indique les différents éléments du système immunitaire désignés par une flèche (voir schéma suivant)
!c

Exercice 8: Extrait Brevet Sénégal - Session normale de Juillet 2012
L’une des voies de la réponse immunitaire spécifique se déroule par des phases numérotées de a à e.   
a.  Phase de multiplication et de différenciation.
b.  Action des lymphocytes cytotoxiques.  
c. Phase d’activation. 
d. Présentation de l’antigène par les macrophages.
e. Phagocytose de l’antigène.

1) En utilisant les lettres, ordonne les phrases suivant le déroulement normal de la réponse immunitaire spécifique. (3 points)  

2) Nomme la voie de cette réponse immunitaire spécifique. (3 points)



Exercice 9:
Un enfant malade présente les symptômes suivants:
-une forte fièvre (de l'ordre de 40°C), mais intermittente;
-des sensations de froid;
-des maux de tête.
Sa mère décide de le présenter au médecin. Celui-ci constate en plus que le foie et la rate de l'enfant sont gonflés.
1. De quelle maladie souffre cet enfant?
2. Quel examen médical doit-on faire subir à cet enfant pour s'assurer de sa maladie? Décrivez brièvement ce que cet examen doit révéler.
3. Donnez les noms de l'agent vecteur et de l'agent causal de cette maladie.
4. Comment soigne-t-on cette maladie?
!
!
Exercice 10: Extrait brevet Sénégal 2004
Une semaine après l'interruption de grossesse non désirée par une personne non qualifiée et de façon clandestine, une jeune fille tombe malade. Elle a une forte fièvre, souffre de maux de tête et de douleurs aux mâchoires. Certains autres signes permettent au médecin qui l'examine de diagnostiquer un tétanos: crispation du visage, difficulté croissante à ouvrir la bouche, respiration difficile.
!
1. Comment cette jeune fille a pu contracter la maladie?
!
2.Quelles précautions aurait dû prendre la personne qui a fait l'intervention?
!
3.L'observation au microscope d'une goutte de sang de la jeune fille malade ne révèle pas la présence du microbe responsable du tétanos. De quelle manière agit ce microbe dans l'organisme?
!
4.Comment appelle-t-on ce type d'infection?
!
5.Donnez les caractéristiques de ce microbe.


6.Citez un type d'infection autre que celui produit par le microbe du tétanos, en précisant les caractéristiques du microbe responsable.
!

Exercice 11:
Un jeune garçon est conduit à l'hôpital où il est examiné par un médecin; celui-ci observe les symptômes suivants:
- l'enfant tousse fréquemment,
- il est toujours fatigué et son organisme est très affaibli.
Le médecin prélève alors un peu de salive de cet enfant pour examen au microscope.
!
1. De quelle maladie cet enfant est-il atteint? Quel est le germe de cette maladie?
!
2. Poursuivant son examen, le médecin fait une radiographie des poumons du malade; les poumons présentent quelques taches sombres en prolongement des bronchioles.
!
a. Que représentent ces taches sombres?
b. Comment se sont-elles formées?
!
3. Cette maladie est-elle contagieuse? Si oui, comment?
!
4. a) Cet enfant n'a jamais été vacciné contre cette maladie. Qu'en pensez-vous?
--b) Quel vaccin connaissez-vous contre cette maladie?
--c) Comment est-il préparé?
--d) Comment déceler cette maladie avant que les symptômes décrits plus haut ne se manifestent?


Compétences méthodologiques


S’informer

1/ Tirer des informations d’un texte

Exercice 1 : Texte 1
La peau, une barrière contre la contamination

La peau est la principale barrière naturelle qui protège l’organisme de la contamination. Elle est à la fois souple, résistante et imperméable. Elle est recouverte d’une sécrétion acide et grasse défavorable au développement des micro-organismes.
La partie superficielle, l’épiderme, est constituée, en surface, de cellules mortes. Celles-ci se détachent et entraînent avec elles des micro-organismes.
Sous l’épiderme se trouve le derme, couche dans laquelle s’insèrent les poils et où sont situés les vaisseaux sanguins.

1. Indiquer deux propriétés physiques de la peau qui en font une barrière contre la contamination.

2. Indiquer deux autres propriétés de l’épiderme qui empêchent le développement des micro-organismes.




Exercice 2 : Texte 2         
                
Limiter les risques d’infection

En 1878, Pasteur s’adresse ainsi aux chirurgiens de L’Académie des Sciences :

«Cette eau, cette éponge, cette charpie* avec lesquelles vous lavez ou vous recouvrez une plaie y déposent des germes qui ont une facilité extrême de propagation dans  les tissus.

Si j’avais l’honneur d’être chirurgien, pénétré comme je le suis des dangers auxquels exposent les germes des microbes répandus à la surface de tous les objets, particulièrement dans les hôpitaux, non seulement je ne me servirais que d’instruments d’une propreté parfaite, mais après avoir nettoyé mes mains avec le plus grand soin, et les avoir soumises à un flambage rapide, je n’emploierais que de la charpie, des bandelettes, des éponges préalablement exposées à  dans un air porté  à la température de 130 à 150°C ; je n’emploierais qu’une eau qui aurait subi la température de 110 à 120 °C.
De cette manière, je n’aurais à craindre que les germes en suspension dans l’air autour du lit du malade … »

*Charpie = Fils tirés de vieux linges, utilisés comme pansement.

Question : Indiquer quels sont les moyens recommandés par Pasteur pour limiter les risques d’infection.



2. Tirer des informations d’un tableau

Exercice 1 : Comparaison des analyses de sang d’un individu atteint d’une angine bactérienne et d’individus non malades.




A l’aide du tableau ci-dessus, répondre aux questions suivantes :

1) Citer le nom des cellules sanguines qui ont été comptées lors de l’analyse.

2) Dire chez quels types d’individus le comptage de cellules a été réalisé.

3) Indiquer le nombre minimal et le nombre maximal de leucocytes (globules blancs) qui ont été comptés chez les individus non malades.

4) Nommer les cellules sanguines dont le nombre augmente chez un individu malade, en donner la valeur et la comparer à celles des individus non malades.
Exercice 2 : L’antibiothérapie
Un médecin prescrit à 2 patients hospitalisés X et Y, atteints de la même infection bactérienne, un antibiotique pour une durée de 7 jours.
Chaque jour on recherche sur les 2 patients la présence de bactéries pour contrôler l’efficacité du traitement.

1) Préciser l’attitude de chaque malade par rapport à la prescription.

2) Décrire les résultats du traitement chez chacun des 2 malades.


Exercice 3 : Extrait brevet Sénégal 2008


Une même population de bactéries se développe dans quatre milieux de culture identiques (M1, M2, M3 et M4). On ajoute dans ces milieux de culture des doses différentes d'antibiotique.
Les résultats obtenus sont consignés dans le tableau suivant:




1. Quel est le milieu de culture considéré comme témoin? Justifiez.


2. Comment évolue la population bactérienne dans les autres milieux?

3. Quel est l'effet de l'antibiotique sur la multiplication de ces bactéries?





3. Tirer des informations d’un schéma, d’une image (traduisant le  réel)


Exercice 1 :
En 2006, l’île de la Réunion a connu une forte épidémie de chikungunya : maladie qui se manifeste par de la fièvre, des maux de tête et de violentes douleurs articulaires.
Les  documents suivants montrent l'agent de transmission de la maladie.






Titre : Une piqûre de moustique chez une personne saine

1) Avant la piqûre, indiquer :

- si la personne est déjà infectée
- si le moustique est infecté.

2) Indiquer comment a lieu la contamination.

3) Identifier la voie de transmission des virus du moustique à l’homme.

4) Préciser si l’entrée des virus dans le capillaire sanguin a lieu au moment précis où le moustique se nourrit de sang.
Exercice 2 :
Répondez aux questions en exploitant le document suivant.



1. Dire combien de cobayes différents sont utilisés dans l’expérience réalisée ci-dessus.

2. Donner les 2 étapes du traitement subi par le cobaye C.

3. Dire quel est le résultat du traitement réalisé sur le cobaye B.

4.  Que montre cette expérimentation ?



4.Tirer des informations d’un graphique


Exercice 1 :
Considérons le graphique suivant :




Lexique : Inoculation : ici, introduction volontaire de bactéries dans un milieu de culture.

1) Donner le nombre de bactéries présentes dans la culture sans antibiotique (courbe témoin) puis dans la culture avec antibiotique, 2 heures après l’inoculation.

2) Même question, 14 heures après l’inoculation.

3) Que déduisez-vous de ces informations ?




Exercice 2 : Répondez aux questions en vous inspirant du graphique suivant.





1. Préciser le jour de chaque injection vaccinale.

2. Déterminer la concentration d’anticorps :

a. après la première injection vaccinale ;
b. après la seconde injection ;
c. après la troisième injection.

3. Déterminer la concentration d’anticorps minimale de protection de l’individu contre cette maladie.
Exercice 3 :
Le graphique suivant traduit l’évolution en fonction du temps, de la quantité d'anticorps dans le sang d'une souris ayant subi deux injections d'antigènes.





Question : A l'aide du graphique, déterminer l'intérêt de la mémoire immunitaire.


Exercice 4 : Extrait BFEM Sénégal 2013

A la suite d’une contamination par des bactéries pathogènes (qui provoquent une maladie), on étudie la réaction de la personne contaminée en effectuant des prélèvements réguliers de son sang. Dans ces échantillons de sang prélevés, on mesure la quantité d’antigènes et d’anticorps présents. Les résultats sont donnés par les deux graphiques ci-dessous.



1. Nommer les 2 variables portées par l’axe des ordonnées (axe vertical).

2. Titrer ces 2 graphiques.

3. Déterminer le moment où l’infection est maximum. Justifier votre réponse.

4. Décrire l’évolution du taux d’anticorps présents dans le sang.

5. Déterminer le moment où la production d’anticorps est suffisante pour permettre la guérison de cette personne. Justifier votre réponse.

6. Déterminer le moment où cette personne est complètement guérie? Justifier votre réponse.

7. Déterminer à partir de quel moment on peut dire que cette personne est séropositive vis-à-vis de cette bactérie pathogène ?

Accès au corrigé 


Exercice 5: Extrait Brevet Sénégal 2011 - Noté sur 5 points

Le graphique ci-dessous montre l’évolution de la concentration en anticorps (en grammes par litre de sang) chez le nourrisson de la naissance jusqu’à l’âge de 12 mois. Une partie des anticorps du nourrisson est transmise par la mère et une autre partie est fabriquée par son organisme.
Par ailleurs, ce graphique montre que pour que le nourrisson soit capable d’assurer seul son immunité, il lui faut une concentration minimale en anticorps supérieure à 2,5 grammes par litre (g/l) de sang.




A partir du graphique :

1. Décris comment évolue la quantité d’anticorps transmis par la mère au nourrisson. (2 points)

2. Décris comment évolue la quantité d’anticorps produits par le nourrisson. (2 points).

3. Indique l’âge à partir duquel les anticorps produits par le nourrisson lui permettent d’assurer son immunité. (1 point)


Capacité à Raisonner

1/ Réaliser un schéma fonctionnel


Exercice 1 : 
La phagocytose est une réaction immunitaire rapide réalisée par des cellules immunitaires : les phagocytes. Elle permet le plus souvent de stopper l’infection.
En voici les principales étapes :

- le phagocyte s’accole aux bactéries et les englobe avec ses prolongements ;
- il digère les bactéries dans des poches cytoplasmiques ;
- il rejette ensuite les déchets de cette digestion.

A l’aide des éléments représentés ci-dessous, construire un schéma fonctionnel des trois étapes de la phagocytose.

Exercice 2 :
Il s'agit de construire un schéma fonctionnel pour montrer l'action des microbes présents dans le milieu extérieur sur l'organisme ainsi que les moyens de limiter et de se protéger contre cette action. Pour cela :

1/ Reproduire et agrandir la silhouette ci-dessous.





2/ Tracer en rouge les barrières naturelles de l'organisme.

3/ Utiliser les éléments légendés ci-dessous pour compléter le schéma :






4/ Placer correctement les étiquettes INFECTION et CONTAMINATION


5/ Placer, sur le schéma, les croix légendées ci-dessous, là où les méthodes permettent de limiter l'action des microbes.







2/ Expliquer en utilisant ses connaissances

Exercice 1 :
L’air, l’eau, les objets… abritent de nombreux champignons, virus et bactéries.


1. Calculer la taille du virus de la poliomyélite. Donner le résultat en micromètre (µm).


2. Calculer la taille d’une bactérie. Donner le résultat en micromètre (µm).

3. Justifier maintenant l’appellation de «micro-organismes » qui est donnée aux virus et aux bactéries.





Exercice 2 :
En jouant au football avec ses camarades, Pierre est tombé et s'est écorché le genou. Voulant rentrer rapidement chez lui, il a juste enlevé le sang avec de l'eau. Le lendemain, le genou était gonflé et rouge.

1- Expliquer à l'aide de vos connaissances le gonflement et la rougeur du genou.

2- Expliquer la réaction de l'organisme.

3- Décrire ce qu’il aurait dû faire pour éviter cette inflammation.
Exercice 3 :
A la suite d’une contamination par le virus du VIH, on observe plusieurs phases de l’infection.

Primo-infection : symptôme d’une maladie virale bénigne. Séropositivité détectable quelques semaines après la contamination.

Phase asymptomatique : l’individu est séropositif mais ne présente aucun symptôme.

Phase de sida déclaré : le SIDA (syndrome immunodéficience acquise) est déclaré quand des maladies opportunistes apparaissent. Les symptômes sont des pertes de poids, des infections graves (pneumonie, méningite) et des cancers. L’individu meurt d’une infection généralisée en l’absence de traitement.

Question : En utilisant vos connaissances sur le mode de développement du virus du SIDA, proposer une explication à l’apparition des maladies opportunistes.

Vocabulaire :
VIH : Virus responsable de l’Immunodéficience Humaine
Séropositif : personne possédant dans son sang des anticorps spécifiques du VIH
Pneumonie : inflammation aiguë des poumons
Bénigne : Sans conséquence grave.
Méningite : inflammation des méninges
Exercice 4 :
VACCIN  IPAD D.T.C.P. (Diphtérie-tétanos- coqueluche-poliomyélite)

Composition:
Le vaccin IPAD D.T.C.P. est préparé à partir:

▪ De toxines diphtérique et tétanique purifiées puis transformées en anatoxines (toxines atténuées)
▪ De vaccin poliomyélitique formé à partir de cultures cellulaires infectées de virus inactivés.
▪ De suspension d'hemophilus pertussis tués (bactérie de la coqueluche)

Posologie:
La vaccination comporte 3 injections espacées de 4 semaines au minimum et d'une injection de rappel après 1 an. Un rappel supplémentaire sera effectué 5 ans plus tard.

1. Retrouver les modifications effectuées sur chaque composant de ce vaccin et expliquer pourquoi on a fait ces modifications.

Après vaccination (temps =0), on mesure le taux d'anticorps spécifiques de l'individu.


2. A partir des graphiques, expliquer l’intérêt de pratiquer un rappel (2ème injection).

3. Dire si la vaccination est une méthode préventive ou curative. Justifier votre réponse.
Exercice 5 :
Observation: cas n°1
Charles  s’est blessé au doigt avec une scie. Le médecin qui redoute une infection possible par le bacille tétanique demande au blessé s’il a été vacciné contre le tétanos.
La réponse est «oui», la dernière injection remonte à moins de 2 mois. Après la pose de quelques points de suture, Charles peut repartir.
Deux semaines plus tard son état général est toujours bon.

Observation: cas n°2
En jardinant, Jean s’est piqué avec un fil de fer qui a provoqué une blessure minime.
Dix jours après l’incident, il perçoit une gêne quand il ouvre la bouche, il éprouve également de la difficulté à s’alimenter. Le médecin diagnostique le tétanos ; il demande au malade s’il a été vacciné contre cette maladie. La réponse est négative.
Le médecin ne prescrit pas de vaccin.

1. Dans le cas n°1 expliquer pourquoi Charles vacciné, n’a-t-il pas contracté le tétanos.

2. Dans le cas n°2 expliquer pourquoi le médecin ne prescrit pas de vaccin antitétanique.





Exercice 6 :

Afin de comprendre le système de défense de l'organisme, un étudiant réalise les expériences suivantes:

1ère expérience: dans un organisme A non immunisé, il injecte des bactéries virulentes.

2ème expérience: dans un organisme B non immunisé, il injecte des bactéries non virulentes.

3ème expérience: dans un organisme C immunisé, il injecte des bactéries virulentes.

Le tableau ci-dessous indique l'évolution du nombre de bactéries par cm3 de sang en fonction du temps:




1. Comment se fait la variation du nombre de bactéries dans A, B, C ?


2. Expliquez les différentes variations du nombre de bactéries chez chaque animal.

3. Comment expliquez-vous la mort de l'animal A à la 30ème heure de l'expérience?

4. Quelles conclusions tirez-vous de chacune des expériences?

5. Que s'est-il passé dans l'organisme B?

6. A partir des résultats obtenus dans l'organisme B, donnez la définition d'un vaccin.


Exercice 7:
L'immunité du foetus et du bébé

Pendant la grossesse, le fœtus est en principe à l'abri de toute infection, bien que son système immunitaire soit encore incapable de fabriquer des anticorps. Cette protection est due au fait que la plupart des anticorps maternels peuvent traverser le placenta et passer ainsi dans la circulation sanguine du fœtus. Après la naissance, le système immunitaire devient progressivement fonctionnel, ce qui permet au nouveau-né de fabriquer ses propres anticorps.

Le graphique suivant traduit l'évolution, dans le sang du très jeune enfant :

--- des taux d'anticorps A1 et A2, d'origines différentes;
--- du taux sanguin global d'anticorps.





1. A l'aide des informations fournies ci-dessus, identifiez l'origine des anticorps A1 et A2.
!
2. Pendant les premières semaines qui suivent la naissance, le nouveau-né est rarement sujet à des infections microbiennes. Comprenez-vous pourquoi ?
!
3. En revanche, à partir du 4ème ou 5ème mois, le bébé devient très sensible aux infections.

Proposez une explication en utilisant le graphique.

Exercice 8: Extrait brevet Sénégal Octobre 2012 - Noté sur 6 points


Chez l’Homme, la mesure de la vitesse de multiplication d’une bactérie en fonction de la température du corps lors d’une infection donne les résultats consignés dans le tableau suivant :


1 - Analyse les résultats. (2 points)


2 – A partir de l’analyse des résultats dis comment réagit l’organisme lors de l’infection. (2 points)



3 – Indique le but de la réaction de l’organisme. (2 points)





Exercice 9: Extrait brevet Sénégal 2014 - Noté sur 06 points


Le graphique ci-dessous montre chez un individu atteint de grippe, l’évolution de la réaction inflammatoire, de la quantité de virus et d’anticorps présents dans le sérum.


1) Nomme la première réaction immunitaire. (1 point)

2) De quel type de réaction immunitaire s’agit-il ? (1,5 point)

3) Quel est l’effet des anticorps sur l’évolution de la quantité de virus à partir du 6ème jour ? (2 points)

4)Quel type de réaction immunitaire a lieu dans l’organisme à partir du 6ème jour ? (1,5 point)




3/ Répondre au problème initial à partir de données de différents documents


Exercice 1 : Des élèves de troisième demandent à leur professeur de SVT pourquoi on meurt du sida. Pour répondre à ce problème le professeur leur donne un texte, un graphique et des questions pour les guider dans la résolution du problème. Comme ces élèves, consultez les documents suivants, répondez aux questions afin d’expliquer pourquoi on meurt du sida.


Document 1



Question : Donner la réponse au problème des élèves « pourquoi meurt-on du sida, en l’absence de traitement ?» en s’appuyant sur les documents ci-dessus.





Exercice 2 :

On a voulu, en réalisant les expériences suivantes, tester l’hypothèse que l’anticorps produit par l’organisme infecté provoquait la neutralisation d’un seul type d’antigène. (anticorps spécifique de l’antigène).





1) Comparer les lots A et B. Conclure sur les propriétés des anticorps du tétanos.

2) Comparer les lots B et C.

3) Conclure en expliquant si l’hypothèse de départ est validée. Justifier votre réponse.





Exercice 3 :

Problématique : Comment les antibiotiques peuvent-ils nous aider à lutter contre une infection bactérienne ?

Document 1 : En1928, le médecin anglais Alexander Fleming cultive pour les étudier des bactéries pathogènes (qui rendent malade). Un jour, il constate que des cultures ont été contaminées par un champignon microscopique appelé Penicillium notatum, et que des bactéries à proximité du champignon ont disparu. Il les observe et il émet l’hypothèse que le champignon produit une substance qui empêche le développement de la bactérie. C’est la découverte du premier antibiotique : la pénicilline.








Document 4 : Antibiogramme effectué pour tester l’efficacité de 4 antibiotiques

Question : A partir des informations apportées par chaque document, répondre au problème posé.

Exercice 4 :


Document 1 : Résultats d’une analyse sanguine chez deux personnes




Document 2 : Coupe de ganglion lymphatique observée au microscope électronique.
Quelques jours après le début de l’infection, on observe dans les ganglions un nombre
            plus élevé de lymphocytes.

L’angine bactérienne se manifeste par une fatigue générale et par une fièvre parfois élevée (39°C – 40°C) accompagnée de frissons, de courbatures et de maux de tête.
Lors de l’examen, le médecin palpe le cou à la recherche d’une inflammation des ganglions lymphatiques.
En effet, les ganglions sont des organes localisés dans certaines zones de l’organisme qui augmentent de volume lors d’une infection microbienne.
Aussi, une question se pose : pourquoi les ganglions augmentent de volume au cours d’une infection comme une angine ?

Question : Expliquer à partir des documents 1 et 2, les causes de l’augmentation de
volume des  ganglions au cours d’une infection (angine).


Exercice 5 : Extrait Brevet Sénégal 2009


Pour connaître l'effet de la température sur le développement d'une bactérie pathogène, un microbiologiste réalise l'expérience suivante:
!
il cultive d'abord la bactérie en milieu gélosé pendant trois jours dans une étuve à 37°C; puis il fait subir à la culture des températures variables de façon successive: 0°C, 40°C et 95°C.
L'expérience a duré 10 jours et le microbiologiste a contrôlé quotidiennement le développement de la bactérie en relevant le nombre de colonies formées.
Les résultats sont consignés dans le tableau suivant.



1. Traduisez ces résultats par une courbe.
(Prendre comme échelle: 1 cm pour 1 jour, 1 cm pour 5 colonies)
!
2. A partir de la courbe obtenue, indiquez comment évolue le nombre de colonies en fonction de la température du milieu.
!
3. Précisez les températures favorables au développement de la bactérie.
!
4. Cette bactérie cause une septicémie mortelle chez le mouton.

Le microbiologiste injecte des extraits du milieu de culture du 10è jour à un mouton: celui-ci meurt au bout de 5 jours. Une goutte de son sang observée au microscope montre les éléments suivants: plasma, bactérie, leucocytes, hématies.

Le microbiologiste émet l' hypothèse suivante: le milieu de culture du 10è jour contient des spores de la bactérie.
!
4-1. Sur quoi se base t-il pour émettre cette hypothèse?
!
4-2. Quelle expérience doit-il réaliser pour vérifier son hypothèse?



4/ Mettre en relation cause – conséquence


Exercice 1 :
«Pour les petits, deux fois plus d'hygiène.
Aussi contaminés que les adultes, ils sont moins bien armés car leur système immunitaire est
immature.
Résultat : jusqu'à deux ans au moins, les petits attrapent tous les microbes qui traînent, ne serait-ce que sur les mains et les lèvres de leurs parents, et multiplient bronchiolites, rhinopharyngites et otites. Cette plus grande vulnérabilité se traduit par plus de maladies. Les mesures d'hygiène doivent être encore plus draconiennes dans une maison où il y a des enfants. »

1.Expliquer comment les petits développent plus d'infections que les grands en utilisant la
conjonction de coordination «car »dans la réponse.

2.Dire quelle(s) conséquence(s) on peut tirer de cette différence en utilisant la conjonction de coordination «donc» dans la réponse.
Exercice 2 :
-Elodie, 13 ans, a mal à la gorge, ses amygdales sont rouges et gonflées, les ganglions du cou sont enflés. Sa maman demande au médecin de lui prescrire des antibiotiques pour qu’elle puisse retourner plus rapidement au collège.

- Le médecin dispose d’un test de diagnostique rapide de l’angine. Ce test est positif lorsqu’il s’agit d’angines bactériennes à streptocoques et il est négatif pour les angines virales.Les angines bactériennes ne représentent qu’environ un quart des angines de l’enfant.

-Le résultat du test effectué sur le prélèvement de gorge d’Elodie est négatif.

1°) Dire quel est le micro-organisme responsable de l’angine d’Elodie et justifier la réponse.

2°) Dire si le médecin va donner satisfaction à la maman d’Elodie en prescrivant des antibiotiques et justifier la réponse.

5/ Critiquer une explication


Exercice 1 : Voici la réaction de 2 personnes vis à vis des antibiotiques :

∙ Caroline : «Ca fait 3 jours que ma fille est malade et malgré les antibiotiques, elle a toujours autant de fièvre. »

∙ Julien: «J’ai la grippe. Avec des antibiotiques, je retournerai travailler plus vite. »

1. Expliquer pourquoi la fille de Caroline a toujours de la fièvre après 3 jours de traitement.

2. Dire si Julien a raison. Expliquer pourquoi.

3. Expliquer pourquoi il est dit dans un célèbre slogan que «Les antibiotiques, c’est pas automatique ! ».



Capacité à Communiquer

Exercice 1 :
Considérons les documents suivants:


Une plaie au niveau de l’épiderme du pouce




En quelques heures, la première ligne de défense se met en place ; elle suffit en général à stopper la prolifération des micro-organismes.
 
Question : A partir des documents fournis, rédiger un court texte expliquant les mécanismes de défenses qui permettent de lutter contre une infection localisée.

Exercice 2 :
La photographie ci-dessous représente différentes cellules sanguines observées au microscope photonique (x500).
On peut repérer les hématies (ou globules rouges) qui sont des cellules sans noyau, un lymphocyte caractérisé par un noyau violacé bien rond et un phagocyte caractérisé par un noyau violacé formé de trois parties. Chacune de ces cellules contient également un cytoplasme et est limitée par une membrane plasmique.





1. Réaliser sur une feuille blanche, au crayon de papier, un dessin d’observation de la photographie. Le dessin doit être centré et soigné. Il ne doit pas être trop petit.

2. Légender, au crayon de papier, le dessin avec les termes suivants : hématie, lymphocyte, phagocyte. Préciser aussi sur le phagocyte les trois légendes suivantes : noyau, membrane plasmique, cytoplasme. Les traits de rappel doivent être horizontaux, fléchés et tracés à la règle. Les légendes doivent être écrites au bout du trait de rappel.

3. Donner un titre au dessin. Le titre doit être écrit au crayon de papier, encadré et placé sous le dessin. Il doit indiquer «ce que c’est », «comment c’est observé » et « le grossissement utilisé ».
Exercice 3 :
L’organisme reconnaît en permanence la présence d’éléments étrangers grâce à son système immunitaire.
Certains globules blancs, les lymphocytes B, lorsqu’ils reconnaissent un micro-organisme dangereux, vont être activés et se multiplier rapidement dans les organes lymphoïdes en particulier dans les ganglions lymphatiques.
Ces lymphocytes activés vont fabriquer des molécules appelées anticorps puis vont  les libérer dans le sang.
Ces anticorps, spécifiques d’un micro-organisme vont se fixer sur lui et le neutraliser.
Le micro-organisme pourra être plus facilement phagocyté par les autres cellules du système
immunitaire.

Question : A partir du texte, remplacer les numéros (1, 2, 3, 4) du schéma qui suit par les étapes suivantes :

- Neutralisation du micro-organisme
-Reconnaissance
- Fabrication et libération des anticorps
- Multiplication des lymphocytes

Exercice 4 :
«Chaque année, de nombreux décès sont dus à la grippe ou à une infection au pneumocoque.
Les deux micro-organismes responsables ont beaucoup de points communs. Ils se reproduisent en hiver, se transmettent par des gouttelettes infectées (éternuements, toux), par la salive ou les sécrétions respiratoires. Leurs cibles privilégiées sont les enfants en bas âge, les personnes âgées et les personnes affaiblies qui sont atteintes de maladies chroniques.
Le virus responsable de la grippe, nommé Myxovirus influenza, se multiplie dans les voies
respiratoires supérieures alors que la bactérie pneumocoque, nommée Streptococcus pneumoniae, se multiplie dans les poumons mais aussi le système nerveux et le sang.
Le virus de la grippe se soigne avec du temps et du repos, le pneumocoque est soigné grâce aux antibiotiques. »

Question: A partir du texte, construire un tableau comparatif des deux micro-organismes responsables de l’infection virale et bactérienne en indiquant le nom, la nature, le lieu de multiplication, le mode de contamination, les personnes cibles et le traitement de chacune des infections.
Exercice 5 :
Le tableau ci-dessous donne le nombre de bactéries et le temps en minutes.

Question : Réaliser un graphique (sur une feuille à grands carreaux) représentant le nombre de
bactéries en fonction du temps.


Rappels des consignes :

- Utiliser un crayon à papier bien taillé.
- Tout doit être bien effacé si la gomme est utilisée.
- Tracer à la règle l’axe des ordonnées (trait vertical terminé par une flèche) et l’axe des
abscisses (trait horizontal terminé par une flèche).
- Indiquer la grandeur et l’unité qui correspondent à chaque axe.
- Graduer les axes en respectant l’échelle.
- Positionner les points.
-Relier les points par un trait continu.
-Mettre un titre.
Exercice 6 :
Après la contamination, les micro-organismes se multiplient au sein de l’organisme : c’est l’infection. Afin d’étudier cette phase, on a mesuré in vitro (c’est-à-dire en laboratoire) le développement de bactéries sur un milieu ayant les mêmes propriétés que le sang et à 37°C.
On obtient les valeurs suivantes :


Question : Tracer le graphique représentant l’évolution du nombre de bactéries en fonction du temps.
Rappels : Le graphique doit être tracé au crayon à papier et avec soin. On représente le paramètre mesuré (ici le nombre de bactéries) sur l’axe des ordonnées en fonction du paramètre variable (ici le temps) représenté sur l’axe des abscisses.
Attention au choix de l’échelle: elle doit être régulière et permettre d’intégrer l’ensemble des valeurs dans le graphique.





5 commentaires:

Anonyme a dit…

merci cela ma beaucoup aidé

Anonyme a dit…

merci cela m'a beaucoup aidé

Anonyme a dit…

cool

OKHADHILI a dit…

merci, exercices simples et très intéressants pour le niveau de mes élèves

Anonyme a dit…

Merci bcp;je suis un parent d elève .QUE LE BON DIEU VOUS ACCOMPAGNE DANS VOTRE MISSION ET TE RECOMPENCE